96 e m » i e' m e s X L . Qui veut aimer n'eß plus libre J fa mode . QUc j'aime votre joug , qu'il eft doux & fuave , Que je le crai^nois vainement ! Je fuis libre loin d'être efclave , Quand je le porte en vous aimant . Que mon ame eft heureufe , étant votre captive ! J'ai trouve là ma liberté . Faites donc , Amour , que je vive Dans l'humble dépendance à votre volonté . Heureux joug qui bien loin de captiver mon ame , Caufe un vafte délicieux , Que tu t'acordes bien avec la douce flame Que je garde en mon cœur comme un don précieux ! Le monde qui ne voit que l'aparente charge Dont à fes yeux je fuis comme acablé , Me croit tres malheureux : mais mon cœur eil au large ; Loin d'être efclave il eft de délices comblé . Non , le monde ne comprend guere Malgré tant de travaux le bonheur du dedans ; N'eftimant que ce qui profpere , Les honneurs , les plaifirs , ce qui flate les fens . Les enfans de Jesus ont bien plus de fagefle , N'eftimant rien , ne goûtant que la croix : Ah , que leur goût a de délicateffe , " De favoir faire un fi bon choix ! Je vous cède , mondains , les honneurs , les délices ; J'aime tous mes travaux , ma chaîne , maprifon : Quand même il me faudroit foufrir tous les fuplices , Je trouverois encor que j'ai grande raifon : Difons fans artifice , Que qui connoit l'Amour & : fa jufte valeur , Et qui fait lui rendre juftice , Aprouvera le pancliant de man cœur . XLI . L'Uni -