PROLOGUE . 
Il eft ici trois fortes de foupirs : 
Les premiers font l'éfet d'une douleur profonde , D'avoir tant ofenfé le Créateur du monde : 
Le coeur eft acablé de cruels déplaiiirs ; 
Pour fatisfaire à la Juftice , 
On s'impofe certain fuplice , 
On travaille à fe corriger ; 
C eft le premier moien pour nous faire changer . 
Celui dont la bonté pour nous eft fans égale Paroit afin de confoler ce cœur , 
Lorfqu'en cellant d'être pécheur . 11 s'anéantit , fe ravale : 
' Dieu qui fe plait dans notre humilité , 
Remplit le cœur de charité : 
Ce font d'autres foupirs , qui viennent d'une flamfc Bien plus pure , & déjà notre ame Ne peut foupirer que d'amour . 
Ces foupirs vontvers Dieu , & même fans détour : Car les premiers foupirs recourbés fur nous - mes , 
Sembloient ne regarder que nous : On craignoit de mon Dieu jufques aux moindres 
T coups : 
La peine & la douleur qui nous fembloient trêmes 
N'envifageoient que le propre intérêt , On craignoit le divin arrêt : 
Les foupirs de l'ame amoureufe Montent droit au Seigneur : Oui , je veux bien périr 
Si ma perte t'eft glorieufe , 
Dit - elle , ò Dieu , fais moi bientôt mourir . 
Cet
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.