»'O . V A n i v s . 
87 
XXXI . 
L'Amour hait les lenteurs . 
I'a Mour divin hait toute nonchalance * 
Sitôt qu'il s'empare d'un cœur 11 donne une fainte vigueur Opofée à la négligence . 
Sitôt qu'on aime bien , on devient diligent , L'Amour rend toÛjours l'ame alerte ; On veille , on prie , on eft fervent , Ce qui n'eft pas pour Dieu nous paroit une pertes On ne fe plaint jamais quoi qu'il faille foufrir , On le croit trop paié des plus rudes foufrances , 
Quand même il en faudroit mourir ; L'Amour renferme en foi toutes les recompenfes . 
Que l'Amour pur eft diferent De la lenteur de l'indolence ! 
L'Amant fidèle avance avec empreffement Où le conduit la Providence : 
Toûjours prêt à partir , toûjours content de tout , Quoi qu'il arrive ; & quoi qu'il entreprenne , Il en vient feurement à bout , 
Aidé d'une Main fouveraine 
Lorfque Jesus conduit nos pas . Qui ne courroit , qui ne voleroit pas ? 
On ne craint point les précipices ; 
De fon travail , on en fait lés délices ; 
Enfin , l'on court inceflamment , 
Pais le repos dure éternellement . 
xxxii . L'A -
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.