* DesInifs yLiurel . 3 
dre^ Qoe Ja volonte de Dieu ne dependant ny de cauíe , ny de principe , que d'elle meímc ; Que Dieu l'a voulu pour cela melme Su iU'avoulu . Toutesfois , s'il nous permis de conceuoir les chofes Diuinesdela façon que les mes font capables de les conce - uoir , & d'en parler comme nous parlons . Il fe peut dire J Que l'Eie - ¿fcion parfaide & accomplie eftat le plus haut ouuragc de Dieu - , & c de tous les Ouurages de Dieu n'y en ayant point qui ne tendent Se ne fe reduifent à quelque Vnité , par certe raifon que toutes chofes lontforties de h VnUe' . Nous ne deuons pas trouuer eftrange que J Eledlion , quieftoit vague & ref - panduë dans toutes les Nations , dans toutes les Tribus , dans tes les Familles de la terre ; Qu'elle 
A ij
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.