Full text: Sainte Brigitte de Suède

LE MONASTÈRE DE VADSTENA. 661 
——— 
deurg intimes h 
Dai: c'étai k 
a0steng ne fi 
‘Tante, quand le 
de foi, avaient | 
IS dans la loir 
des fenêtres k 
ne, de nombreux 
var le lever d'une 
istres, La lumière 
int au-dessus di 
un clerge béni 
usau'à l'heure de 
ie dans la paix 
i voulaient assis 
- Thord, évéd 
ve fois la main gi 
Irdne épiscopal 
. : ! Pet 
4-10 U q5 V0 970 
men |a dir certlé 
Lyvanté dans qu 
<p de pain 
û ycooulP 
que prime LA 
gs du ** f 
uecoLisPé 
la main slacée, qu'on supposait immobile jusqu'au 
jour de la résurrection, serra fortement celle du 
prélat : Catherine, à ce qu'il crut, lui rappelait ses 
devoirs d’état. Le prince Éric, fils du roi de Suède, 
une foule de grands seigneurs fiers de leur parenté 
avec la morte, secondaient Birger et Cécile, les seuls 
survivants des enfants de Brigitte, dans les honneurs 
funèbres qu'ils rendaient à leur sœur. 
En pleurant Catherine, sa première abbesse, 
Vadstena pleurait encore Brigitte, cette fondatrice 
que le monastère n’avait point connue. Près de la 
nouvelle sainte, les gens du siècle parlaient surtout 
de sa mère ; les œuvres, les miracles, la gloire de 
celle-ci éclatait à leurs yeux, tandis que l’âme 
mystique de celle-là échappait aux regards. Com- 
prenant le mot : Beati pauperes spiritu, maintes fois 
redit à propos d’elle !, non comme le signe de son 
renoncement aux biens périssables, mais comme un 
manque de sensibilité aux choses de l'esprit, ils 
voyaient en elle un être sans personnalité“. Pourtant, 
si l’on avait offert aux moines, aux religieuses et 
aux intimes amis de l’ordre. l’éternité bienheureuse 
1. Proc. Can. b. Katerine. Dep. Fr. Matth. in art. 6° f. 41 r. Fr. Johan. 
Fr. Olavi et Fr. Mart. in 8° art. f. 29 r. 35 v. et 48 r. Fr. Johan.et Sris. 
Marg. Clausd. in 7° art. f.28 et 60r. — Vita Kat. 262, 263. { 
2. C’est aussi le sentiment de M. Hammerich. Après avoir attribué à 
l’abbesse de Vadstena ‘une compilation traduite de l’allemand (Der 
Selen Troyst) sous le titre de Själens trèäst (Cf. Gerre, bibliogr. 
n° 134), il ajoute doctement : elle était un peu bornée.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.