Full text: Histoire de la vie de la reyne Christine de Suede

- (102) 
bien, & qui eftoient defja bien ef. 
branlez quand j'en partis , auxquels 
il faut que je parle deux mots. Quelts 
manie eft celle la qui vous pofiede 6 
Francois, d'arefter dans un Pays ou 
celle, qui vous rendoit fupportables 
par les bonnes volontez ; qu'elle 
avoit eu au commencement de fon 
Reygue pour voftre nation , ne fe 
trouve plus. Vous fçavez aflez le 
peu d’eftime & le peu d'affection 
que les Suedois ont pour vous ; Il 
vous eft'affez connu, que cette nation 
n’a des bons fentiment que pour elle 
mefme 3 quittez les antres , les bois, 
les rochers & les huttes de bois des 
Gots, pour venir habiter les magni- 
fiques maifons de France avec tout 
ce qui’l y a des delices 3 c’elt en vain 
que vous vous attendez à ce que 
vous pourfuiviez avec tant d'ardeur: 
J'advoue que vos pourfuites font ju- 
Îtes, mais il y a de l'apparence qu'el- 
les feront fort inutiles , fi dans le 
temps que la Reyne eftoit encore 
aff{e 
( 
rot 
fé [af le (> ve, 
| fl gpreoif q [> 
ef, V 1- 
5 Re p 5e 
frein! Qt 
7 ane VOX 
qu TE ga € 
pere a MH 
di ge TH: 
af gouss > 
po à La qui be 
| - vous got € 
leut » , f | 
vous ÿ H- 
font pur fois 
cles ont Jam 
°deay que VOS * 
praitte, font auta! 
inutiles, abando 
ptement Ces dela 
afrenles pour VC: 
terre de promific 
en partage à vos 
faire voftre herit 
qu'apres l'arrivée + 
Is Suedais crioie 
is Tuës cn leur 
fortez Francois, { 
UnS de cerge Matin 
| 
|
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.