Full text: Die Urteile Boileaus über die Dichter seiner Zeit

135 
treten lassen. Dort läßt er nämlich Tomyris, Diogenes, Pluto 
und Minos folgende Unterhaltung führen: 
Diogene. — Des tablettes! Je ne les ai pas au moins. 
Ce n’est pas un meuble pour moi que des tablettes; et l’on 
prend assez de soin de retenir mes bons mots, sans que j’aie 
besoin de les recueillir moi-meme dans des tablettes. 
Pluton. — Je pense qu’elle ne fera que chercher. Elle 
a tantöt visite tous les coins et recoins de cette salle. Qu’y 
avail-il donc de si precieux dans vos tablettes, grande reine? 
Tomyris. — Un madrigal que j’ai fait ce matin pour 
le charmant ennemi que j’aime. 
Minos. — Helas! qu’elle est doucereuse! 
Diogene. — Je suis fache que ses tablettes soient per- 
dues. Je serais eurieux de voir un madrigal massagete. 
Pluton. — Mais qui est donc ce charmant ennemi qu’elle 
aime? 
Diogene. — C’est ce meme Cyrus qui vient de sortir 
tout ä l’heure. 
Ebenso albern und geschmacklos waren die Gestalten 
des historisch sein sollenden Dramas Astrate. Auch diesem 
Drama hat B. in den Hüros de Roman ein Denkmal der 
Lächerlichkeit gesetzt. Folgendes Gespräch läßt er Pluto mit 
Astratus führen: 
, Pluton. — Quel est ce grand innocent qui s’en va des 
derniers, et qui a la mollesse peinte sur le visage. Comment 
t’appelles-tu? 
Astrate. — Je m’appelle Astrate. 
Pluton. — Que viens-tu chercher ici? 
Astrate. — Je veux voir la reine. 
Pluton. — Mais admirez cet impertinent. Ne diriez-vous 
pas que j’ai une reine que je garde ici dans une boite, et 
que je montre ä tous ceux qui la veulent voir? Qu’es-tu, 
toi? As-tu jamais ete? 
Astrate. — Oui da, j’ai ete, et il y a un bistorien latin 
qui dit de moi en propres termes: Astratus vixit, Astrate a vecu. 
Pluton. — Est-ce lä tout ce qu’on trouve de toi dans 
l'histoire? 
Astrate. — Oui; et c’est sur ce bei argument qu’on a 
compose une tragedie intitulee du nom d’Astrate, oü les passions
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.