DesJuij - s^ljnfeìll - llí des Iuifs vos Freres pour cette Co« »oiiTanceque de quelque iourde Naifiance que ie vous ay donnée
deuanteux . VoftreRaifonnement
n e it ny bien fonde , ny bien ordo - né . Et ii vous defirez que i vie en voftre endroit non pas de Iultice , mais de Mifericorde ; Il eftiufte , qu'à tout le moins vous vfiez de ^omplaifance à l'endroit deslülfs qui font vos Freres . Vfez en donc pour Edification , comme mon Apoftrcvous y exhorte , & ( tes les Iniirmitcz de vos Freres qui font Foibles . Employez ce peu de ConnoiiTance que vous auez dç moy , pour enfeignermesMyfte - resauxluifs . Mais que ce foit aucc douceur ; que ce foit aucc vn E fpric patient ; que ce foit aucc la Charité que ie vous ay teimoingnée . Et puis qu'il vous eft recommandé
P