DesluifS ) LiurelU .
& ic fcray voílre bourreau . En science j les Frereslfraëlites n'eui - ^ent ils pas eu raifon de dire a cet homme Egyptien . Amy ! dequoy 1 inquietes tu ? Ton ze ] e eft hors de faifon . Si nous n'auions pasVen - du noftre Frere i noftre Frere ne feroit pas venu en Egypte . Et il noftre Frere n'eftoit pas vertu en Egypte , tu naurois pas de quoy Manger . Noftre Frere contre qui nous auons peché , noufrpardonne . Ht toy . ' à qui il aefté fauorable ôc auantageux que nous ayons peché contre noftre Frere - , Tu nous veux faire mourir . . .
Confidere , Chreftien que tu és cet hornee Egyptien qui faits le mefme / Iniuit lur les lirai . lites ; & que les_ iTraclites te peuuent répondre la mefme chofe . Ton zele , ô Chreftien , - . ' eft vn zele
L